Tibéhirine : l'Algérie s'indigne, Sarkozy et Bouteflika manœuvrent

Par
L'Algérie a mal réagi aux révélations sur la responsabilité de l'armée algérienne dans la mort des moines de Tibéhirine en 1996. La presse algérienne a déclenché une vaste campagne contre les autorités françaises et le chef du gouvernement dénonce «une provocation». L'historien Benjamin Stora s'interroge sur les conséquences de ces révélations.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Délires», «mensonges», «humiliation»... C'est peu dire que l'Algérie n'a guère goûté les révélations du général François Buchwalter, publiées le 6 juillet par Mediapart et le Figaro, lequel accuse l'armée algérienne d'être à l'origine de la mort des moines de Tibéhirine en 1996. Si le président Bouteflika a préféré garder le silence, le chef du gouvernement, Ahmed Ouyahia, a donné le ton : «C'est une provocation», a-t-il affirmé, jeudi 9 juillet, soutenu par une presse algérienne unanime.