G20 à Hambourg: l’activiste français Loïc Schneider écope d’une lourde peine

Par

Il a été condamné à trois ans de prison ferme pour avoir participé aux émeutes qui ont accompagné la tenue du G20 de Hambourg, dans le nord de l’Allemagne en 2017. La police y avait alors mené une politique de maintien de l’ordre très contestée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Berlin (Allemagne).– Le verdict que l’activiste antinucléaire et altermondialiste Loïc Schneider (24 ans) attendait depuis son extradition de la France vers l’Allemagne à l’été 2018, est tombé dans la matinée du vendredi 10 juillet. Il écope de trois ans de prison ferme. Ses quatre coaccusés allemands s’en tirent mieux avec un an et demi de prison avec sursis pour deux d’entre eux et des travaux d’intérêt général pour les deux autres. Tous étaient poursuivis pour avoir participé aux émeutes qui ont accompagné la tenue du 12e G20, le sommet qui réunit les dirigeants des 20 pays les plus influents de la planète, qui s’est tenu les 7 et 8 juillet 2017 à Hambourg.