« Une boucherie judiciaire » : le journaliste Souleimane Raissouni condamné à de la prison au Maroc

Par et Rosa Moussaoui (L'Humanité)

Après plus d’un an de détention provisoire et 95 jours de grève de la faim, le verdict est tombé pour l’éditorialiste d’Akhbar Al Youm, qui nie en bloc les accusations d’agression sexuelle dont il est l’objet.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le journaliste marocain Souleimane Raissouni, 49 ans, l’une des plumes les plus critiques du royaume, a été condamné vendredi 9 juillet à cinq ans de prison pour « agression sexuelle », au terme d’un procès expéditif, sans sa présence, ni celle de ses avocats. En grève de la faim depuis 95 jours pour dénoncer « la grande injustice » de sa longue détention préventive, l’ancien rédacteur en chef d’Akhbar Al Youm, un journal indépendant qui a cessé de paraître en mars, asphyxié par le régime, n’aura guère assisté à son procès ; il n’aura pas pu livrer sa version des faits.