En Irak, les Yézidis survivent dans l’oubli et la misère depuis les massacres de 2014

Par Laurène Daycard

Depuis qu’ils ont fui les massacres de l’État islamique, des milliers de Yézidis vivent dans la plus grande misère au cœur des montagnes du Sinjar, tout au nord de l’Irak. En octobre 2017, Bagdad a repris le contrôle de cette région disputée aux Peshmergas kurdes. Depuis, la route est bloquée, les ONG ont déserté et la situation humanitaire ne cesse de s’empirer. Nous y avons eu accès.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Région du Sinjar (Irak), de notre envoyée spéciale.– Vue du ciel, la chaîne de montagnes du Sinjar ressemble à une petite cicatrice boursouflant la grande plaine du nord-ouest irakien, près de la frontière syrienne. Mais il suffit de se rendre sur place pour comprendre combien la plaie reste béante. Pire, elle semble infectée par un sentiment d’abandon qui gangrène tous les espoirs d’un retour à la vie d’avant.