En Birmanie, l’armée mène la guerre contre son peuple

Par Guillaume Pajot

Depuis le putsch du 1er février, l’armée birmane mène une répression sanglante. Ses cadres se voient comme les gardiens de la nation, l’ultime rempart contre des forces séparatistes qui menaceraient le pays, en particulier les minorités ethniques.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Couché sur le trottoir devant l’hôtel Vista, un trois-étoiles, le tireur embusqué ajuste son tir entre les bars à bières et les restaurants de grillades. Le militaire a été photographié avec son régiment en plein Rangoun, dans le quartier de Sanchaung, jonché de barricades montées par les manifestants contre le coup d’État.