Europe

Dans la Hongrie d’Orbán, la culture entre bâillon et autocensure

Le domaine de la direction de l’esprit – notamment le monde de la musique – n’échappe pas à l’art du premier ministre hongrois d’étouffer la démocratie, tout comme la contestation de son régime. Viktor Orbán sait gratifier et réprimer, en même temps.

Florence La Bruyère (La lettre du Musicien)

11 mars 2023 à 18h17

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

C’est une maison de verre au toit en forme de nuage. Située dans un grand parc de Budapest, la Cité hongroise de la musique fête son premier anniversaire. Fleuron du grand projet du gouvernement de Viktor Orbán – créer un quartier culturel, à l’instar du Quartier des musées de Vienne –, ce lieu d’exposition et de concert, dans lequel l’État a investi 50 millions d’euros, est plébiscité par les Hongrois : 850 000 visiteurs et 700 concerts en un an.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

#FREEMORTAZA

Depuis le 7 janvier 2023 notre confrère et ami Mortaza Behboudi est emprisonné en Afghanistan, dans les prisons talibanes.

Nous ne l’oublions pas et réclamons sa libération.

En savoir plus sur #FREEMORTAZA

Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

#FREEMORTAZA

Depuis le 7 janvier 2023 notre confrère et ami Mortaza Behboudi est emprisonné en Afghanistan, dans les prisons talibanes.

Nous ne l’oublions pas et réclamons sa libération.

En savoir plus sur #FREEMORTAZA