Calais, Dunkerque, Boulogne-sur-Mer, Londres, envoyée spéciale.-  C’était il y a 12 ans, mais pour lui, c’était hier. Olan (la plupart des prénoms ont été modifiés à la demande des personnes) a toujours en tête les longues marches nocturnes à travers ce qu’il appelle les « djangals » françaises, les forêts en persan, à suivre cet homme, un passeur, « froid, Kurde comme moi, mais avec qui je ne parlais jamais ».