Au Proche-Orient, un lent retour à la normale

Par Salomé Parent-Rachdi

En Israël, le déconfinement est précipité, confus et débattu. En Iran, Téhéran reste encore en zone rouge, contrairement au reste du pays. Le Liban, lui, s’est lancé dans un plan en cinq phases et voit les manifestations sociales repartir.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  • En Israël, précipitation, confusion et débat

Le confinement israélien fut anticipé, drastique, relativement maîtrisé. Le déconfinement est précipité, confus et débattu. Il y a trois semaines encore, la population devait rester chez elle, en télétravail, sauf rares exceptions. Aujourd’hui, les plages de Tel Aviv ont retrouvé leurs adeptes des raquettes et Jérusalem, la foule bruyante et compacte du marché Mahane Yehuda. Les écoles, la majorité des commerces et entreprises fonctionnent. Exception faite des restaurants et des bars, qui devraient rouvrir à la fin du mois, le pays est donc en état de marche.