Les facettes d’Hillary Clinton (1/4): la mal-aimée

Par

La candidate démocrate doit affronter un niveau d’antipathie rarement observé pour un candidat à la Maison Blanche. Les origines de cette « haine » d’Hillary Clinton dans l’opinion publique américaine renvoient à ses débuts ambigus sur la scène publique dans les années 1990.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’élection présidentielle américaine de 2016 s’apparente presque à un rêve de romancier cynique (ou de journaliste), tellement elle frise la caricature, entre un bouffon milliardaire ultraconservateur et égocentrique, et un pur produit de l’establishment centriste installé dans le paysage politique depuis vingt-cinq ans. Si beaucoup d’articles ont déjà été consacrés à Donald Trump et au phénomène qui l’a propulsé aussi loin, Hillary Clinton reste par certains aspects un mystère, en tout cas un personnage aux facettes complexes. Pour tenter d’éclairer certaines zones d’ombre sur son parcours et son positionnement politique, nous avons décidé de publier un grand portrait en quatre parties de la candidate démocrate à la Maison Blanche.