Au Niger, la vie radioactive dans l'ombre des mines d'Areva

Par

Depuis les années 1970, le groupe public exploite des mines d’uranium au Niger dans des conditions accablantes. Les populations sont exposées à des taux de radioactivité dépassant les limites légales, dénonce Almoustapha Alhacen, président de l’ONG Aghirin’man.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour Almoustapha Alhacen, président de l’ONG nigérienne Aghirin’man, cela pourrait presque être une bonne nouvelle : le groupe nucléaire a annoncé, lors d’un comité d’entreprise le 9 octobre, son intention de diminuer son activité minière au Niger, en raison des difficultés financières que rencontrent ses filiales, à la suite de la chute des prix de l’uranium.