Catalogne: Rajoy ouvre la voie à l’«option nucléaire» de l’article 155

Par

Le premier ministre espagnol Mariano Rajoy a tenté, mercredi, de renvoyer Carles Puigdemont dans les cordes, en lui demandant de préciser d’ici lundi s'il avait bien déclaré l’indépendance de la Catalogne. Au congrès des députés, Podemos et ses alliés sont les seuls à s’être opposés à l’utilisation de l’article 155, en plaidant pour un « dialogue sans conditions ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À l’indépendance différée de la Catalogne, décrétée mardi à Barcelone par Carles Puigdemont, Mariano Rajoy a répondu, mercredi 11 octobre à Madrid, en ouvrant la voie à l’« option nucléaire », l’application de l’article 155 de la Constitution. Cet article pourrait supprimer, de manière temporaire, l’autonomie de la Catalogne, un scénario jamais vu depuis la mort de Franco en 1975. « Il n’y a pas de médiation possible entre la loi démocratique et la désobéissance », a prévenu le Galicien, lors d’une intervention mardi après-midi devant le congrès des députés, en réponse aux appels répétés à une médiation lancés par Puigdemont la veille.