Liban: la démission forcée de Saad Hariri déchire la communauté sunnite

Par

Pas la moindre apparition du premier ministre libanais démissionnaire. Impossible de le joindre et sa famille au Liban n’a fait aucune déclaration. Mais avec sa démission prend fin en effet l’accord de gouvernement, formé fin 2016, et la politique de distanciation du Liban à l’égard des conflits régionaux.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tripoli (Liban), envoyé spécial. – Bilal et Khaled Dekmek sont frères et demeurent tous deux à Tripoli, la grande ville sunnite du nord du pays. Le premier est un petit cheikh de quartier, âgé de 46 ans, avec le verbe haut, chargé entre autres de pilonner le Hezbollah dans les réunions politiques et l’un des très rares orateurs à oser encore le faire ouvertement au Liban. Son frangin, un ancien garagiste, âgé d’une cinquantaine d’années, tient un magasin d’électroménager.