Un juge fédéral américain ordonne la libération de Chelsea Manning

Par

L’ex-analyste militaire, à l’origine des révélations de Wikileaks sur les exactions américaines en Irak et en Afghanistan, était en prison pour refus de témoigner dans le cadre d’une enquête sur le site de Julian Assange.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un juge fédéral de Virginie a ordonné vendredi la libération de Chelsea Manning. L’ancienne analyste militaire américaine de 32 ans à l’origine des révélations du site Wikileaks en 2010 sur la torture et les meurtres de civils perpétrés par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan était en prison depuis mai dernier pour avoir refusé de témoigner devant un grand jury sur ses liens avec l’organisation créée par Julian Assange.