Bouaké: la CJR classe une plainte contre MAM

Par

L'ex-ministre de la défense et de la justice était visée par une double plainte pour « complicité d'assassinat » et « faux témoignage », déposée par les familles des victimes françaises du bombardement de Bouaké, commis en 2004 en Côte d'Ivoire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Michèle Alliot-Marie, qui était visée par une plainte pour « faux témoignage » et « complicité d’assassinat » dans l’affaire du bombardement de Bouaké, comme l’avait révélé Mediapart le 21 novembre dernier, vient d’être discrètement mise hors de cause par la Cour de justice de la République (CJR).