Un horrible «crime d’honneur» bouleverse l’Iran

Par

Romina, une jeune villageoise de 14 ans, a été décapitée par son père pour s’être enfuie avec son amoureux. Son assassinat déchaîne depuis 15 jours la colère des Iraniens sur les réseaux sociaux. Sa mort a provoqué l’adoption de la première loi protégeant l’enfance.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Quelques jours avant de décapiter Romina, sa fille de 14 ans, Reza Achrafi a appelé un proche parent qui exerce la profession d’avocat. « Qu’est-ce que je risque ? », lui a-t-il demandé. Entre trois et cinq ans de prison, en aucun cas la peine de mort, lui a répondu l’homme de loi. Tout est d’une sordidité accablante dans l’assassinat de Romina Achrafi. C’est pourquoi, une quinzaine de jours après sa mort, la colère des Iraniens n’est toujours pas retombée et sa photo maille toujours Instagram, le réseau social préféré de la jeunesse iranienne.