Srebrenica : vivre ensemble après le génocide

Par et Laurent Geslin, Simon Rico, Rodolfo Toè

Srebrenica est aujourd'hui une ville fantôme, 7.000 habitants contre 37.000 avant la guerre, et une économie presque à l'arrêt. Mais le paradoxe de Srebrenica est que les Serbes et Bosniaques vivent mieux ensemble dans la ville martyre, où plus de 8.000 hommes furent assassinés il y a vingt ans, que dans beaucoup d’autres communes de Bosnie-Herzégovine où les haines perdurent.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Srebrenica, de nos envoyés spéciaux.-  Cet après-midi, c’est derby, le « grand derby » de la Bosnie orientale : le Guber Srebrenica reçoit le club de foot de Bratunac, la commune serbe située à une dizaine de kilomètres, de l’autre côté du mémorial de Potočari. Durant la guerre, les unités serbes qui attaquaient Srebrenica étaient basées à Bratunac et, aujourd’hui, bien peu de réfugiés bosniaques sont revenus vivre dans cette ville.