Une aide russe à l’élection de Trump apparaît au grand jour

Par

Pour la première fois, un lien d’entraide entre les Russes et la campagne de Trump est explicitement mis au jour : la rencontre entre le fils de Donald Trump, son gendre, son directeur de campagne et une avocate russe venue leur proposer des informations contre Clinton.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

New York (États-Unis), de notre correspondant.– Est-ce la lassitude ou le bétonnage, résultat de la répression enragée qui s’abat maintenant sur les auteurs de fuites de la Maison Blanche ? En tout cas, la possible collusion de la campagne de Donald Trump avec le Kremlin pour nuire à Hillary Clinton faisait moins la une des médias ces derniers temps, même quand le président lui-même, par ses irrépressibles tweets, remettait l’affaire sur le tapis aux moments les plus incongrus. Deux mois après l’éviction brutale de James Comey, le patron du FBI alors chargé de l'enquête, l’affaire s’enlisait tant que l’on cherchait ailleurs que dans les faits l’explication des réactions erratiques du président, son obsession à nier un délit que personne ne semblait pouvoir prouver. Un commentateur, sur le site Axios, évoquait une « rupture cognitive » de Trump, son « incapacité à supporter, vu l’avance d’Hillary au suffrage populaire, que sa victoire tienne à une aide extérieure »