Au Parlement européen, le frontiste Nicolas Bay devient co-président de l’extrême droite

Par

L’eurodéputé, devenu cet été le principal porte-parole de Marine Le Pen, lui succède en tant que co-président du groupe ENL au Parlement européen. Une élection qui intervient en période de turbulences dans les relations du FN avec ses alliés européens.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Nicolas Bay, eurodéputé Front national, remplace Marine Le Pen, élue en juin à l’Assemblée nationale, à la tête de l’Europe des nations et des libertés (ENL) au Parlement européen. Il co-dirigera le groupe, qui compte 40 élus, dont 20 du Front national, avec le Néerlandais Marcel de Graaff du PVV, le Parti pour la liberté. Les frontistes Bernard Monot et Édouard Ferrand s’étaient également présentés à l’élection, mais Nicolas Bay leur a été préféré par 12 des 20 eurodéputés qui ont pris part au vote. Selon l’AFP, Florian Philippot et sa lieutenante Sophie Montel n’ont pas glissé de bulletin dans l’urne.