En Espagne, la fondation Franco enfreint la loi en dissimulant ses comptes

Par et Ibon Uria

La fondation nationale Francisco-Franco a publié ses comptes pour la dernière fois en 2009, bien que la loi exige qu'elle le fasse chaque année. Les dernières subventions perçues par l'organisation fondée pour « honorer » la dictature datent du second mandat d'Aznar. L'opposition et les victimes de la dictature exigent sa dissolution.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La fondation nationale Francisco-Franco (FNFF), fondée après la mort du dictateur avec le but explicite « d’exalter » et « d’élever » sa figure, enfreint la loi depuis cinq ans. La dernière fois que l'organisation, présidée par Carmen Franco Polo, la fille du dictateur, a publié ses résultats financiers, c’était en 2009. Selon les documents auxquels infoLibre a eu accès, les données de la fondation sont depuis restées cachées, malgré l'obligation de déposer ses comptes annuels dans le registre des fondations.