La taxe Tobin fait son énième retour à Bruxelles

Par

Une majorité d’eurodéputés réclame une taxe sur les transactions financières à partir de 2024, pour financer la relance, ou encore des mesures du Green Deal. Mais Paris continue de plaider pour une taxe a minima, où les dérivés ne seraient pas taxés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est un effet collatéral du Covid, après l’accord conclu cet été à Bruxelles sur un plan de relance massif : la taxe sur les transactions financières (TTF) en Europe est revenue en haut de l’agenda, dans l’une de ses versions plus ambitieuses. « Cela signifierait 50 milliards d’euros par an, en plus, pour l’emploi, la santé, le climat », veut croire l’eurodéputé Pierre Larrouturou, l’un de ses plus fervents défenseurs au Parlement européen (lire notre entretien).