«Guerres culturelles»: les sciences sociales sont prises pour cibles du Brésil à la Pologne

Par

En Amérique du Sud ou en Europe, les universitaires qui travaillent dans des champs attaqués par les conservateurs, comme les études de genre, se retrouvent en première ligne. Parmi eux, la Brésilienne Marcia Tiburi, exilée en France, qui juge, malgré tout, nécessaire « de construire une culture du dialogue avec les différences ».
  

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Comment parler à un fasciste ? C’est le titre, surprenant à première vue, qu’a donné l’universitaire brésilienne Marcia Tiburi à l'un de ses nombreux ouvrages. Un titre bien optimiste puisque de dialogue, il n’en a pas été question : à partir de la publication de ce livre en 2015, elle a été la cible d’une campagne de dénigrement et de violences menée par l’extrême droite.