L'Alternative pour l'Allemagne, nouvel étendard contre l'euro

Par

Le nouveau parti anti-euro tient son congrès fondateur à Berlin, dimanche 14 avril. Le double objectif de l'Alternative für Deutschland (AfD) est d’ancrer durablement la lutte contre la monnaie unique dans le paysage politique allemand, pour ensuite pousser le gouvernement à négocier la sortie du pays de la zone euro, qui devra être dissoute. Par Thomas Schnee à Berlin.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En Allemagne, les vieux croisés contre l'euro semblent avoir retrouvé l’espoir. Après des années de lutte et de recours déposés devant le tribunal constitutionnel pour tenter, en vain, de barrer la route à la monnaie unique, les professeurs d’économie Wilhelm Hankel, Wilhelm Nölling, Karl Albrecht Schachtschneider, Joachim Starbatty ou encore l'ancien président de la Fédération de l’industrie allemande, Hans-Olaf Henkel, assistent avec ravissement à la naissance de l’Alternative pour l’Allemagne (AfD), le nouveau parti anti-euro allemand, qui tient son congrès fondateur dimanche 14 avril à Berlin. « À mon âge, je ne vais pas me mettre à fonder un parti », expliquait récemment Joachim Starbatty lors de la présentation de son dernier ouvrage Euro, scène du crime : « Mais si l’on me le demande, je me tiendrai à leurs côtés pour les conseiller et je voterai pour eux s'ils se présentent aux élections législatives. » L’appel est venu et Joachim Starbatty a répondu présent. Enthousiaste, Wilhelm Hankel, l’un des premiers à avoir fait appel aux juges constitutionnels en 1997, a quant à lui décidé d’adhérer à l’AfD.