Vivre avec une Amérique de «cinglés»

Par

C’est l’un des adjectifs préférés du président sortant des États-Unis, qu’il ne réserve pas qu’à Biden, « Joe le cinglé ». Ce mot peut aussi résumer l’état d’une société américaine qui bascule dans un extrémisme enragé, au nom de Dieu et d’un messianisme blanc et dominateur.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Qu’il soit réélu ou non le 3 novembre, Donald Trump a déjà remporté quelques grandes victoires. La principale ? À la différence de bien d’autres présidents, le bilan de son mandat à la Maison Blanche sera largement irréversible. Le souhait de nombreux alliés des États-Unis et électeurs de Joe Biden d’en finir une bonne fois avec Donald Trump, d’en effacer toute trace, est un vœu pieux.