Un rapport de l’ONU prépare le terrain à un retour aux urnes des Libyens

Par

Alors qu’une conférence sur la Libye se termine mardi 13 novembre à Palerme en Italie, quelques mois après celle de Paris, une organisation humanitaire mandatée par l’émissaire de l’ONU en Libye Ghassan Salamé présente un rapport important pour l'avenir de ce pays. Ses auteurs ont sillonné la Libye à la rencontre d'une population qui n’en peut plus de cet interminable phase d’instabilité.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 29 mai dernier, la France réussissait le tour de force de réunir à l’Élysée autour d’une vingtaine de pays les quatre principaux acteurs de la crise politique libyenne, quatre hommes qui ne s’étaient jamais rencontrés, parlé, se haïssent et ne se reconnaissent pas mutuellement. Et elle scellait très sûre d’elle, malgré le scepticisme général, « l’accord de Paris », soit la promesse d’organiser le 10 décembre de cette année des élections présidentielle et législatives dans ce pays disloqué depuis la guerre civile de 2011 en différents gouvernements, parlements parallèles, milices locales, forces tribales et groupes armés islamistes.