Iran: la fin des sanctions n’est pas pour demain

Par

La population iranienne, accablée par les sanctions décidées par Donald Trump, et le président Rohani espèrent voir s’engager des discussions avec la prochaine administration américaine. Rien n’indique encore que le guide Ali Khamenei y soit prêt. Mais déjà, les factions radicales s’inquiètent.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Avant le scrutin du 3 novembre, le groupe de musique iranien DasandazBand a composé une chanson mi-rap mi traditionnelle, que l’on peut voir en vidéo, pour intimer les électeurs américains à se rendre aux urnes. Un rythme qui castagne et des paroles en persan drôles, et même joyeuses, pour aborder un sujet des plus graves : l’avenir de l’Iran : « Hey, Joseph, Laura, Thomas, ton vote nous affecte plus que tu ne le crois. Si celui-ci gagne, le prix du dollar va baisser, si c’est celui-là, le prix d’une voiture va doubler. Hey, Peter, Alice, même pour acheter un téléphone mobile, on dépend de toi. »