Le financement des énergies renouvelables reste un vœu pieux

Par

Les 11 et 12 novembre, 453 banques publiques de développement se sont réunies pour décider de leurs investissements environnementaux futurs. Mais les défenseurs de l’environnement pointent leur manque d’engagements concrets.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les belles promesses ont encore été préférées aux actes concrets. C’est le constat que dressent des associations écologistes françaises au lendemain de la clôture du sommet Finance en commun. Pour la première fois, 453 banques publiques de développement (BPD) se sont réunies, les 11 et 12 novembre, en marge du Forum de Paris sur la paix, pour débattre du rôle qu’elles devaient jouer dans la construction d’un « avenir juste, équitable et durable » pour toutes et tous. Au terme de ces deux jours d’échanges, organisés en vidéoconférences, les acteurs ont signé une déclaration commune rappelant leurs engagements