La Turquie se dirige vers «le règne d’un seul homme»

Par

Les députés turcs ont entamé les débats sur un projet de réforme constitutionnelle qui étend considérablement les pouvoirs du président, tout en réduisant la capacité de contrôle du parlement et des juges. Le texte, taillé sur mesure pour Erdogan, donne des sueurs froides aux plus grands juristes du pays.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Istanbul (Turquie), de notre correspondant.-  « Toute société dans laquelle la garantie des droits n’est pas assurée, ni la séparation des pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution. » Dans une tribune publiée par le quotidien turc d’opposition Cumhuriyet, l’ancien président de la Cour de cassation Sami Selçuk met en garde ses concitoyens : « Au vu de ce principe universel [édicté par la Déclaration française des droits de l’homme et du citoyen de 1789, article 16 – ndlr], si le projet actuellement en discussion entre en vigueur, il ne restera plus de Constitution dans notre pays, [seulement] un simulacre. »