Suède: Stefan Löfven a 48h pour convaincre le Parti de gauche

Par
Le chef de file des sociaux-démocrates suédois, Stefan Löfven, dispose de 48 heures pour convaincre le Parti de gauche d'appuyer sa reconduction au poste de Premier ministre et de mettre ainsi un terme à quatre mois d'incertitude depuis les législatives.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

STOCKHOLM (Reuters) - Le chef de file des sociaux-démocrates suédois, Stefan Löfven, dispose de 48 heures pour convaincre le Parti de gauche d'appuyer sa reconduction au poste de Premier ministre et de mettre ainsi un terme à quatre mois d'incertitude depuis les législatives.

Le président du parlement, Andreas Norlen, a indiqué qu'il donnait aux formations politiques jusqu'à mercredi pour s'entendre.

"Les Suédois veulent voir une solution et l'arrêt de tout ce remue-ménage", a-t-il dit.

"Je donne 48 heures (aux responsables politiques) pour résoudre les problèmes et j'ai bon espoir qu'ils feront tout leur possible pour parvenir à une solution", a-t-il continué.

Le chef de file du Parti de gauche, Jonas Sjostedt, a déclaré lundi que sa formation souhaitait voir Stefan Löfven rester Premier ministre. Il a ajouté cependant qu'il ne lui apporterait pas son soutien tant qu'il n'aurait pas obtenu la garantie que le Parti de gauche ne serait pas mis à l'écart de la politique gouvernementale.

La Suède vit une crise parlementaire depuis les élections de septembre au terme desquelles aucune formation politique n'est parvenue à constituer de coalition capable d'obtenir une majorité absolue au Parlement.

Les sociaux-démocrates comptent 144 députés, soit un de plus que l'Alliance de centre-droit.

Stefan Löfven a reçu dimanche le soutien des libéraux de Suède, une formation de centre droit, mais ce renfort reste insuffisant pour lui garantir une majorité et il aura besoin de l'appui du Parti de gauche pour conserver ses fonctions lors du vote prévu mercredi.

Les partis traditionnels sont confrontés à la percée des Démocrates de Suède, formation d'extrême droite, qui disposent de 62 élus. Ces derniers se trouvent en position d'arbitres et s'opposent à tout gouvernement qui ne prend pas en compte leurs revendications.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale