International

Trois jours après le séisme, le Japon est entièrement paralysé

Un bilan qui atteint déjà 10.000 morts, transports perturbés, coupures de courant, bourse de Tokyo en chute libre, activité industrielle au ralenti... Les événements heure par heure.

Ellen Salvi

14 mars 2011 à 12h56

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

Le résumé de la journée de lundi.

Alors que le bilan humain s'alourdit d'heure en heure (plus de 10.000 personnes ont trouvé la mort dans le séisme et le tsunami qui ont frappé le Japon vendredi), la menace nucléaire se fait de plus en plus préoccupante.

Les autorités japonaises ont officiellement demandé l'aide des experts de l'AIEA (Agence internationale pour l'énergie atomique), mais aussi celle des Etats-Unis pour refroidir les réacteurs nucléaires de la centrale de Fukushima. Selon l'agence de presse AP, citant des responsables japonais, les barres de combustible nucléaire de trois de ses réacteurs seraient en train de fondre, augmentant ainsi les risques de fusion.

Le président de l'Autorité de sûreté du nucléaire (ASN), André-Claude Lacoste, a déclaré que l'accident pourrait être classé au niveau 5, voire 6, sur l'échelle internationale, contrairement à ce qu'avaient annoncé les autorités japonaises samedi, évoquant un niveau 4. L'accident relance le débat sur l'énergie nucléaire en Europe.

La chancelière allemande Angela Merkel a d'ores et déjà annoncé un moratoire sur l'allongement de vie des centrales en Allemagne. En France, l'Alliance pour la planète, collectif de 80 associations dont WWF et Greenpeace, ainsi que la Fondation Nicolas-Hulot (FNH), demandent «un débat public».

Le séisme et le tsunami ont complètement paralysé le Japon qui voit son économie et ses transports tourner au ralenti. À la tombée de la nuit, près de 330.000 foyers et autres clients de la compagnie d'électricité Tokyo Electric Power (Tepco) étaient toujours privés de courant.

Pour suivre en streaming et en direct la télévision nationale japonaise, NHK (dans sa version version anglaise):

19h05 - PARIS L'Alliance pour la planète, collectif de 80 associations dont WWF et Greenpeace, ainsi que la Fondation Nicolas-Hulot (FNH), demandent «un débat public» sur l'énergie et le choix du nucléaire en France après l'accident au Japon. Selon Reuters, le gouvernement français accuse les écologistes de détourner le drame japonais à des fins de politique intérieure.

18h50 - BRUXELLES La Commission européenne demande la convocation d'une réunion extraordinaire de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) la semaine prochaine à Vienne.

18h44 - BILAN HUMAIN Selon le Guardian, le bilan humain devrait dépasser les 10.000 morts. Un bilan qui s'alourdit à mesure que les secouristes découvrent de nouveaux corps.

18h20 - NUCLÉAIRE Pour André-Claude Lacoste de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), l'accident nucléaire de Fukushima a atteint un niveau de gravité «au-delà de Three Mile Island (niveau 5) sans atteindre Tchernobyl (niveau 7 sur 7)».

17h40 - NUCLÉAIRE Selon le président de l'Autorité de sûreté du nucléaire (ASN), André-Claude Lacoste, l'accident survenu dans la centrale nucléaire de Fukushima pourrait être plus grave qu'annoncé et classé au niveau 5 voire 6 sur l'échelle internationale. Il a également souligné qu'il appartenait aux autorités japonaises de communiquer sur la gravité exacte de la série d'incidents en cours. Samedi, les autorités avaient classé l'incident au niveau 4.

17h30 - WASHINGTON Huit navires militaires américains, dont le porte-avions Ronald-Reagan et son escorte, participent aux opérations de sauvetage au Japon. Cinq autres font route vers l'archipel.

La Marine américaine twitte heure après heure. © 

17h30 - GENÈVE L'Organisation mondiale pour la santé (OMS) estime que les risques pour la santé publique causés par les fuites radioactives survenues dans des centrales nucléaires au Japon sont minimes. «Cela veut dire que si quelqu'un est touché, les risques ne sont pas très grands», a précisé un porte-parole de l'OMS, Gregory Hartl.

17h30 - Un jeu de photographies aériennes montrant plusieurs endroits de la côte nord-est du Japon avant et après le tsunami: accessible en cliquant ici

16h42 - NUCLÉAIRE L'agence de presse AP, citant des responsables japonais, affirme que les barres de combustible nucléaire seraient en train de fondre à l'intérieur des trois réacteurs de la centrale de Fukushima-Daiichi. Le Japon demande l'aide des experts de l'AIEA.

© FRANCE 24

16h20 - NUCLÉAIRE Les médias japonais, citant l'exploitant de la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi, Tepco, indiquent que le niveau d'eau dans le réacteur n°2 de la centrale a fortement baissé, ce qui empêche le refroidissement des barres de combustible nucléaire.

© 

16h00 - BERLIN Angela Merkel annonce un moratoire sur l'allongement de vie des centrales nucléaires en Allemagne.

15h30 – RESSORTISSANTS FRANÇAIS L'ambassade de France au Japon annonce être entrée en contact avec 16 ressortissants Français depuis ce matin. Seules quatre personnes restent encore injoignables.

© 

14h50 – RESSORTISSANTS FRANÇAIS L'ambassade de France au Japon cherche encore à entrer en contact avec cinq Français, a indiqué le porte-parole du ministère des affaires étrangères, Bernard Valero, qui avait parlé de 17 ressortissants un peu plus tôt. Il a ajouté qu'aucun Français n'était pour l'heure signalé parmi les victimes.

13h40 - BRUXELLES Après l'accident de la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi, la ministre française de l'environnement, Nathalie Kosciusko-Morizet, déclare en marge d'une réunion avec ses homologues de l'UE, que le Japon fait face à un «accident nucléaire très grave» et que le «risque de grande catastrophe ne peut être écarté».

13h40 – MOSCOU Le vice-premier ministre russe, Igor Setchine, déclare que la Russie est prête à rediriger près de 6000 mégawatts d'électricité vers le Japon pour l'aider à faire face à ses problèmes énergétiques.

13h15 - RESSORTISSANTS FRANÇAIS Le ministère des affaires étrangères français annonce être sans nouvelles de 17 ressortissants qui se trouvaient au nord-est du Japon au moment du séisme.

12h05 - NUCLÉAIRE Selon l'agence de presse Jiji, qui cite Tepco, l'exploitant de la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi, le risque de fusion au cœur du réacteur n°2 ne peut être exclu. À la suite d'un arrêt du circuit de refroissement d'eau, les barres de combustible nucléaire de ce rédacteur sont désormais «à l'air libre». Plus tôt dans la journée, une explosion s'est produite au niveau du réacteur n°3 qui, toujours selon Tepco, n'a pas été endommagé.

11h45 - COUPURE D'ÉLECTRICITÉ Afin de réguler la demande en électricité et d'éviter qu'une forte consommation de courant ne dépasse ses capacités de production, la compagnie d'électricité Tokyo Electric Power (Tepco), qui dessert l'est du Japon, a finalement mis en place les coupures d'électricité qu'elle reportait jusqu'alors pour limiter les perturbations. 330.000 clients, répartis à Tokyo et dans les préfectures voisines (Ibaraki, Kanagawa, Saitama, Tochigi, Yamanashi, etc.), ont ainsi été privés de courant à la nuit tombée.

Les images du désastre

C'est l'une des vidéos les plus terrifiantes de la catastrophe qui a frappé le Japon vendredi. Diffusées lundi par la NHK, la télévision japonaise, ces images ont été prises par des habitants de Minamisanriku, où les autorités redoutent la disparition de 10.000 personnes:

© Associated Press
© AgoraVoxFrance
© RT
© RT
© RT
© RT
© RT

L'arrivée du tsunami dans la ville de Kamaishi (40.000 habitants), sur le littoral du nord-est de la préfecture d'Iwate.

© RT

Comment le tsunami ravage la ville de Kesennuma (75.000 habitants), située au nord-est de la préfecture de Miyagi.

© AgoraVoxFrance

Ellen Salvi


6 commentaires

Aujourd’hui sur Mediapart

Migrations — Enquête
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
À l’air libre
par à l’air libre
Voir la Une du Journal

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
À l'air libre
par à l’air libre
Grand entretien
par Justine Brabant
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne