La mémoire vive de la dictature argentine pèse sur le nouveau pape

Par

Depuis 2003 que s'enchaînent les procès d'anciens responsables de la dictature militaire, le jésuite Jorge Bergoglio, désormais pape François, a été appelé plusieurs fois à la barre pour témoigner. Sur le rôle de l'église argentine, mais aussi sur son propre rôle durant ces années de dictature qui ont fait 30.000 morts et disparus.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Le pape Francis ce jeudi à Rome © Reuters Le pape Francis ce jeudi à Rome © Reuters
Tandis que la plupart des médias et des voix officielles saluent l’élection, le 13 mars, d’un pape sud-américain (pour la première fois), jésuite préoccupé de charité chrétienne envers les pauvres (d’ailleurs lui-même vit modestement, nous rappelle-t-on), quelques journaux ont commencé à explorer la vie et les œuvres de Jorge Mario Bergoglio durant la dictature militaire en Argentine, de 1976 à 1983 (30 000 morts et disparus, selon un bilan communément admis).

La Une de Página12 du 14 mars 2013. La Une de Página12 du 14 mars 2013.

Mais que reproche-t-on exactement à Jorge Mario Bergoglio, qui était Provincial de l’ordre des jésuites (la plus haute autorité jésuite du pays) lors du coup d’État en Argentine, le 24 mars 1976, puis qui a officié comme curé et recteur d'une faculté de théologie à partir de 1980 ? 

Marquées par des dictatures militaires qui continuent d'essaimer en Amérique du Sud aussi vite que s’expriment des mouvements contestataires de gauche et d’extrême gauche, les années 1970 agitent aussi les esprits de nombreux catholiques. L’Église en tant qu'institution ne porte que rarement la contradiction aux pouvoirs militaires. Mais pour la base, c’est une autre histoire : la « théologie de la libération » est en plein essor et se radicalise en Argentine à travers le Mouvement des prêtres pour le tiers-monde, de 1967 à 1976.

Ce sont des prêtres engagés socialement dans les quartiers pauvres, dans les bidonvilles, dont les idées marquées à gauche dérangent leur propre hiérarchie. Car, à l’époque, nationalisme et catholicisme se confondent au point qu’il « était presque naturel pour le clergé argentin de prendre la défense du régime », explique un professeur d’histoire au New York Times. Et, comme le rappelle Paulo A. Paranagua dans son blog du Monde, « l’Église d’Argentine est une des plus contestées d’Amérique latine pour sa passivité, voire sa complicité, à l’égard de la dictature ».

Mercredi 13 mars, devant la cathédrale de Buenos Aires. © Enrique Marcarian/Reuters Mercredi 13 mars, devant la cathédrale de Buenos Aires. © Enrique Marcarian/Reuters

À son arrivée au pouvoir en 2003, Néstor Kirchner décide de revenir sur les lois d’amnistie et d’impunité décidées par le président Carlos Menem. Depuis, les enquêtes ont pu être rouvertes et les procès se succèdent. Deux anciens chefs de la junte, Jorge Videla et Reynaldo Bignone, ont déjà été condamnés plusieurs fois à perpétuité.

Sur ce chemin de la justice, l’Église n’a pas été épargnée : en 2007, un prêtre a été poursuivi et condamné pour complicité avec la dictature. Une première. Rappelons aussi que parmi les vingt victimes françaises figurent trois religieux : les sœurs Alice Domon et Léonie Duquet, et le père Gabriel Longueville. Alfredo Astiz, surnommé l’ange blond de la mort, a été condamné à perpétuité et par contumace en France en 1990, puis en Argentine en 2011 pour la disparition des religieuses.

Quant au procès des assassins du prêtre, il vient de se terminer. Le général Luciano Menéndez et deux autres tortionnaires ont été condamnés en décembre 2012 à la peine maximale par un tribunal de La Rioja pour le meurtre de Gabriel Longueville et de son vicaire Carlos de Dios Murias en 1976. Au cours du procès, le prêtre défroqué Délfor Brizuela, devenu député kirchneriste, a accusé la hiérarchie catholique de complicité et dénoncé les persécutions de prêtres sous la dictature (voir le quotidien Los Andes).

Les juges ont eux aussi employé ce terme de « complicité », soulignant la « persistance » de cette « attitude réticente des autorités ecclésiastiques et même de membres du clergé pour nous éclairer sur les crimes que nous sommes en train de juger », comme l'a noté le quotidien Página12 dans un article relevé par La Croix. À ce moment-là, fin 2012, la plus haute autorité catholique argentine s’appelle Jorge Bergoglio.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous