Au Soudan, un leader sanguinaire et ambitieux menace la révolution

Par Olivia Macadré

Mohamed Hamdan Daglo, plus connu sous le nom de « Hemedti », est l’un des hommes les plus redoutés au Soudan. Désormais aussi le plus puissant, il est accusé de crimes de guerre et de génocide pour le compte du régime d’Omar el-Béchir avant sa chute.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Khartoum (Soudan), envoyée spéciale.- Dans la nuit noire de Khartoum dépourvue dans sa quasi-globalité d’éclairage public, on manque de trébucher sur eux si, l’espace d’un instant, l’attention n’est plus rivée sur les trottoirs défoncés. Abrités généralement sous les arbres qui bordent les routes de la capitale soudanaise, ils ont installé des paillasses, des réchauds pour faire du thé, des cordes à linge pour faire sécher leurs treillis, et aligné avec soin leurs bottines fourrées avec leurs chaussettes sales au pied de leurs lance-roquettes montés sur des pick-up imposants.