Renée Koering-Joulin: «C’est la raison d’Etat face au droit»

Par

Conseillère honoraire à la Cour de cassation et spécialiste de droit pénal international, Renée Koering-Joulin estime que le nouvel accord de coopération judiciaire entre la France et le Maroc remet en cause l'indépendance des juges et la compétence universelle de la justice française. « Les victimes peuvent légitimement s'inquiéter d'un déni de justice », explique-t-elle.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Conseillère honoraire à la Cour de cassation, Renée Koering-Joulin est spécialiste de droit pénal international et coauteure d’un ouvrage de référence, Droit pénal international (PUF, 3e édition, 2005). Elle est également membre de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) qui a demandé le retrait de l’accord de coopération judiciaire entre la France et le Maroc, signé cet hiver pour mettre fin à près d'un an de brouille diplomatique.