L’Ukraine ne parvient pas à se débarrasser de l’ancien régime de Ianoukovitch

Par Sébastien Gobert

Chassé en 2014 par la « révolution du Maïdan » et exilé à Moscou, l’ancien président a conservé sa fortune et ses affidés. Les multiples procédures judiciaires engagées contre lui n’aboutissent pas. Un nouveau procès vient de s’ouvrir à Kiev. Il fait du surplace.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Kiev (Ukraine), de notre correspondant.-  Les autruches sont toujours là. Dans le zoo ensoleillé de la vaste résidence de Mejyhiria, au nord de Kiev, elles paradent et s’éventent à leur gré. Elles n’ont jamais témoigné de la moindre inquiétude quant à l’absence de leur maître, l’ancien président ukrainien autoritaire et corrompu Viktor Ianoukovitch. Il avait fui dans la précipitation, le 21 février 2014, après le dénouement sanglant de la « révolution de la dignité ». Dès le lendemain, le peuple révolutionnaire avait pris possession de cette propriété de plus de 135 hectares, de la magnifique demeure en bois précieux construite par l’entreprise Honka, du court de tennis, de la plate-forme d’hélicoptère, du yacht-club, de la réplique de galion ou encore du zoo.