En Tunisie, «le gouvernement ne fait rien pour protéger les libertés»

Par

Entretien avec Radhia Nasraoui, opposante historique à Ben Ali et présidente de l'association de lutte contre la torture, sur la manière de gouverner des musulmans conservateurs d'Ennahda et la naissance d'une véritable opposition structurée…

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En Tunisie, le mouvement musulman conservateur Ennahda (majoritaire au gouvernement et à l'Assemblée) menace-t-il le principe de l’égalité homme/femme ? Que se passe-t-il à Sidi Bouzid, l’un des foyers de la révolution de décembre 2010, à nouveau en proie à d’importantes manifestations ? Faut-il considérer la torture comme une pratique toujours courante en Tunisie ? En ce mois d’août, assistons-nous enfin à la naissance d’une véritable opposition structurée, en capacité de perturber le duel Islamistes/partisans de l’ancien régime aux prochaines élections ? Entretien avec Radhia Nasraoui, opposante historique à Ben Ali et présidente de l'association de lutte contre la torture en Tunisie.