Canada: Justin Trudeau ou la gouvernance en mode «selfie»

Par Rémi Leroux

Un an après son arrivée au pouvoir, le premier ministre canadien jouit d’une solide popularité. Mais derrière les sondages flatteurs, les critiques affleurent et l’image du libéral-réformateur souriant commence à s’écorner.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Montréal (Canada), correspondance.-  C’est le genre d’épisode qui serait passé inaperçu dans bien des démocraties parlementaires. Mais à Ottawa, dans l’enceinte feutrée du parlement canadien, la bousculade provoquée par le premier ministre, Justin Trudeau, a choqué la classe politique et enflammé les réseaux sociaux. Au printemps dernier, alors que les élus fédéraux s’apprêtaient à voter une motion du gouvernement, Trudeau s’est interposé de façon énergique au sein d’un petit groupe de parlementaires et a au passage heurté involontairement une députée du Nouveau parti démocratique (NPD) d’un coup de coude dans la poitrine.