Non-lieu pour les soldats français accusés de viol en Centrafrique

Par

Les juges d'instruction ont rendu jeudi 11 janvier une ordonnance de non-lieu dans l'enquête sur les accusations de viol portées par des enfants contre des soldats français en Centrafrique, suivant les réquisitions du parquet de Paris. L’ONG Ecpat, qui lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants, étudie la possibilité de faire appel.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Trois ans après avoir été saisie de l'affaire, la justice a décidé de refermer le dossier des accusations de viol d'enfants en Centrafrique par des membres de l'armée française. Les juges d'instruction ont rendu jeudi 11 janvier une ordonnance de non-lieu dans l'enquête sur les accusations de viol portées par des enfants contre des soldats français en Centrafrique, a-t-on appris lundi de source judiciaire.