En Tunisie, les ouvrières agricoles meurent sur les routes

Par

En avril, plusieurs accidents de la route mortels ont jeté une lumière crue sur le sort des ouvrières agricoles en Tunisie. Main-d’œuvre à bas coût, exploitée et précaire, ces femmes attendent un changement de leurs conditions de vie et de travail.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Région de Kairouan (Tunisie), envoyée spéciale.– « Une chaîne de télévision était venue me voir il y a deux ans, je lui avais montré là où je vis comme je le fais maintenant… Mais pas grand-chose n'a changé. » Mouna Amri ne connaît pas son âge, elle sait juste qu’elle a commencé à travailler pour aider ses parents, à l'adolescence. Elle n’est pas allée à l’école non plus.