Venezuela: «Plus qu’une dictature, c’est une anarchie autoritaire»

Par

Chavistes « critiques », ils ont soutenu la révolution de Hugo Chavez. Aujourd’hui, ils s’opposent à Nicolas Maduro et à l’élection de l’Assemblée constituante. Face au référendum informel organisé par l'opposition ce 16 juillet, l’ex-défenseure du peuple Gabriela Ramirez explique son choix du « ni ni ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les pro-Maduro n’y voient que la démarche marginale de « traîtres ». Les adversaires traditionnels du chavisme, réunis au sein de la coalition de la MUD (Table de l’unité démocratique), la considèrent comme le symptôme d’un régime à l’agonie, tout en s’en méfiant… Une nouvelle vague de départs de personnalités proches du pouvoir chaviste a vu le jour après la convocation de l’élection d’une Assemblée constituante par le président Nicolas Maduro. Ce scrutin se déroulera le 30 juillet, alors que les manifestations contre le gouvernement sont quasi quotidiennes.