Le Cachemire est confronté à un effacement culturel

Par Arundhati Roy

Plus d’un an après la répression lancée dans le Jammu-et-Cachemire par le premier ministre indien Narendra Modi, l’écrivaine Arundhati Roy, membre du Conseil de l’Internationale progressiste, dont Mediapart est partenaire, revient sur ce coup de force.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 5 août 2019, il y a un an jour pour jour, dans la vallée du Cachemire, sept millions de personnes ont été enfermées dans leurs maisons sous un couvre-feu militaire strict. Treize mille personnes, allant de jeunes enfants et d’adolescents lanceurs de pierres à d’anciens chefs de gouvernement et à d’importants politiciens pro-Inde, ont été arrêtées et mises en détention préventive, où beaucoup d’entre elles sont encore.