En Sibérie, au cœur d’une des villes vitrines de Poutine

Par

À 4 000 kilomètres de Moscou, au cœur de la Sibérie, Krasnoïarsk est devenue l’une des villes vitrines de la Russie de Vladimir Poutine. Elle a été dépoussiérée et connaît un important développement économique. Mediapart y a passé une dizaine de jours, non sans quelques péripéties, juste avant les élections législatives qui se tiennent le 18 septembre afin d’élire les 450 membres de la Douma.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Krasnoïarsk, de notre envoyée spéciale.- C’est une fin d’été magnifique. Sur le quai, le long du fleuve Ienisseï, des gens de tout âge déambulent. Un vieux pêcheur a jeté sa ligne. Des dames discutent. Des cafés d’été ont été installés. Sur un bateau rouillé qui sert de salle de banquet, on aperçoit des femmes empanachées et des hommes en costume. Au loin s’étend l’île de Tatychev, une étendue de forêt encore très verdoyante au milieu de laquelle a poussé un massif de gratte-ciel aux couleurs rouges. Difficile d’imaginer la neige qui, dès la mi-octobre, s’abattra sur ce décor estival, puis le froid intense, entre – 20 et – 40 degrés, qui enveloppera la ville.