G-20: le monde en ordre dispersé

Par
e faut-il attendre du sommet à Washington, qui s'achève samedi 15 novembre dans la nuit (heure française)? «Un nouveau Bretton Woods», assure Nicolas Sarkozy, qui a eu l'initiative de cette réunion du G-20. Peut-être pas grand-chose, insinuent de plus en plus de pays participants. La période de transition entre les deux administrations américaine, l'absence de consensus sur les origines de la crise, ne prêchent guère pour des mesures rapides de réforme du système financier international. Chacun arrive à Washington avec son calendrier, ses priorités. Selon l'Elysée, un accord est en vue. Mais il faudra attendre le communiqué final, samedi soir, pour vérifier cela et en mesurer la portée réelle.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tapez F5 si vous ne visualisez pas toute la page