Karachi: les représentantes des victimes accusent

Magali Drouet et Sandrine Leclerc, toutes deux âgées de 35 ans, ont perdu leurs pères dans l’attentat de Karachi, au Pakistan, le 8 mai 2002. Dans un livre juste publié aux éditions Fleuve Noir, On nous appelle les Karachi, elles livrent leur vision de cette histoire qui a viré à l’affaire d’Etat. Un témoignage édifiant.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Magali Drouet et Sandrine Leclerc, âgées toutes les deux de 35 ans, ont perdu leurs pères dans l'attentat de Karachi, au Pakistan, le 8 mai 2002. L'attaque-suicide qui a visé le bus dans lequel ils se trouvaient a causé la mort, au total, de quinze personnes, dont onze salariés français de la Direction des constructions navales (DCN), des ouvriers d'Etat pour la plupart originaires de Cherbourg.