Le Brésil perd le contrôle de ses prisons

Par

Avec la troisième population carcérale au monde, le pays est confronté à la prise en main des établissements pénitentiaires par les gangs. La lutte qu’ils se livrent pour leur contrôle s’est une nouvelle fois exprimée en début d’année, malgré la création d’unités policières d’élite.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rio de Janeiro (Brésil), de notre correspondant.– Tenue par les cheveux, la tête apparaît en gros plan, secouée en tous sens, avant d'être jetée au sol. Grisés par un sentiment de puissance après avoir pris le contrôle de l'établissement, les détenus hurlent et se congratulent. Membres du gang Primeiro Commando da Capital (PCC), ils ont percé les murs pour accéder aux zones où se trouvaient les membres du Commando Vermelho (CV). Celui qui filme la scène tourne la caméra vers son visage : il a le regard halluciné. Pendant toute la séquence, il ne cligne pas des yeux et braille : « Voilà ce qu'on fait au CV. C'est chez nous ici ! »