La France de Hollande célèbre la politique de chaos de l'Arabie saoudite

Par

Manuel Valls appelle à « assumer la relation stratégique » avec l'Arabie saoudite. Le prince récemment décoré à Paris est l'héritier d’un régime qui déstabilise le Moyen-Orient depuis 2011, jusqu’à se placer dans une impasse diplomatique et militaire. Et la France risque de se trouver hors la loi du point de vue du droit international.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Manuel Valls l'a affirmé, mardi 15 mars, sur RMC : « Il faut arrêter les hypocrisies. Nous avons une relation stratégique avec l'Arabie saoudite. Il faut l'assumer. Est-ce que pour autant nous partageons la nature du régime, son action ? Non, bien évidemment (...). C'est une tradition que d'honorer des dirigeants. Sinon nous ne discutons avec personne, nous n'avons aucune relation. » Le premier ministre répondait ainsi aux nombreuses critiques exprimées après la remise de la Légion d'honneur au prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed Ben Nayef, lors d'une cérémonie discrète à l'Élysée. Jean-Marc Ayrault, ministre des affaires étrangères, avait lui aussi justifié une telle décoration : c'est une « tradition diplomatique ».