Tunisie: «Il faut une demande de pardon pour clore le dossier colonial»

Par

Sihem Bensedrine, la présidente de l’Instance Vérité et Dignité, chargée de la justice transitionnelle en Tunisie, a envoyé mardi 16 juillet aux autorités françaises un mémorandum pointant les violations commises par la France dans la période postcoloniale, de 1955 aux années 1970. Elle s’en explique dans un entretien à Mediapart.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En Tunisie, l’Instance Vérité et Dignité, chargée de la justice transitionnelle sur une période allant de 1955 à 2013, a officiellement terminé son mandat le 31 décembre 2018. Elle est en phase de transfert de ses archives, mais elle peut encore envoyer des mémorandums, une procédure demandant réparation et qui a aussi une valeur d’archive.