Mères allemandes: le tiraillement persistant

Par

Entre moins 8 et moins 14 millions d’habitants d’ici à 2060. Quel que soit le scénario choisi par les démographes, la population allemande est destinée à baisser, inexorablement. Reportage dans un pays vieillissant, où la natalité reste faible malgré des mesures innovantes mises en place ces dernières années.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Berlin (Allemagne), envoyée spéciale.– Il est une exception statistique et il en est plutôt fier. Yannic Franken, 32 ans, nous donne rendez-vous, par un samedi après-midi ensoleillé, à la terrasse d'un café en bordure du gigantesque parc berlinois de Tempelhof. Il est avec Loui, 3 ans : ce jour-là, c'est lui qui s'en occupe, sa compagne travaille. Une configuration rare en Allemagne. « Nous nous répartissons à égalité la garde de l'enfant et les allers-retours à la crèche. » Cette vision d'une prise en charge partagée, Yannic l'avait en tête depuis longtemps. « Pour moi, la question n'était pas de savoir si je voulais un enfant, mais comment, avec quel mode d'organisation. Notre génération est tiraillée entre la volonté de s'accomplir professionnellement, l'envie d'avoir du temps pour soi, pour ses loisirs et ses amis, et le désir de fonder une famille. Il me semble important de trouver une manière de résoudre cette problématique afin que les deux parents soient épanouis. »