En lançant l’offensive en Syrie, Erdogan mène aussi une guerre intérieure

Par

Derrière les motifs sécuritaires et humanitaires affichés par Ankara pour justifier l’intervention de son armée contre la région kurde syrienne du Rojava, l’opération « Source de paix » vise à affaiblir et diviser l’opposition après les déboires électoraux du parti présidentiel.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Istanbul (Turquie), de notre correspondant.– Officiellement, l’opération « Source de paix », lancée le 9 octobre par l’armée turque contre la région auto-administrée du nord-est de la Syrie, a pour objectif d’établir une « zone de sécurité » de 30 km de profondeur le long de la frontière turque afin de contrer la menace « terroriste » des milices kurdes locales, assimilées par la Turquie aux rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qu’elle affronte depuis trente-cinq ans sur son propre sol.