Europe

Valls en Espagne, une tournée financée par des entreprises

Un lobby patronal espagnol a sollicité des entreprises de l’IBEX 35, l’équivalent du CAC 40 en Espagne, pour couvrir les frais des conférences que l’ex-premier ministre français Manuel Valls a données cette semaine en Espagne, et dans lesquelles il dénonce les risques posés par l’indépendantisme catalan.

La rédaction d'infoLibre et Begoña P. Ramírez

16 décembre 2017 à 12h54

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

Le Cercle des entrepreneurs, un lobby patronal espagnol, a sollicité plusieurs entreprises membres de l’IBEX 35 (l’équivalent du CAC 40 en Espagne) pour couvrir les frais des conférences que l’ex-premier ministre français Manuel Valls a données tout au long de cette semaine, à Madrid et à Barcelone, et dans lesquelles il s’est montré très critique envers l’indépendantisme catalan.
Le journal en ligne catalan Elnacional.cat, qui a publié l’information mercredi, assure détenir la copie d’un courrier électronique que Jesús Sainz Muñoz, secrétaire général du lobby patronal, a envoyé, mi-novembre, aux responsables de grandes entreprises espagnoles. Dans ce courrier, Sainz Muñoz fait valoir « l’importance extraordinaire » qu’il y a, à ses yeux, à ce que « les citoyens espagnols, et en particulier les Catalans, à l’approche des élections du 21 décembre, connaissent l’opinion [de Manuel Valls] sur l’avenir d’une Catalogne devant faire partie intégrante de l’Espagne ».
L’intéressé en profite pour demander une aide financière visant à couvrir « les coûts du voyage, du dîner du dimanche 10 en compagnie des sponsors et d’un nombre réduit d’invités, ainsi que d’un déjeuner […] au casino de Madrid le lundi 11 ». D’après Elnacional.cat, ces coûts se sont établis à 40 000 euros. Joint par InfoLibre, le Cercle des entrepreneurs s’est refusé à confirmer ou démentir ces informations, comme à préciser quelles entreprises en particulier ont financé la tournée de l’ex-premier ministre.
« Nous avons l’intention de profiter du séjour de Manuel Valls […] pour que ses déclarations connaissent un large écho dans les médias, en particulier en Catalogne », insiste Jesús Sainz Muñoz, dans le même courrier électronique. L’ancien socialiste français, né à Barcelone, a des positions bien arrêtées sur la crise catalane : il condamne l’indépendantisme, qu’il perçoit comme un risque pour l’avenir de l’Europe, et il en appelle également à « un nouveau patriotisme en Espagne » (voir, par exemple, ses entretiens vidéo avec El País et La Vanguardia, ci-dessous).

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Migrations — Reportage
En Pologne, les migrants toujours en quête de protection
Plusieurs centaines de migrants ont tenté d’entrer en Pologne la semaine dernière. Dans la forêt située côté polonais, activistes et médecins bénévoles croisent toujours des familles ou hommes seuls, traumatisés et transis de froid, qu’ils aident du mieux qu’ils peuvent. Des avocats se mobilisent pour faire respecter le droit d’asile.
par Nejma Brahim
Discriminations — Enquête
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
France — Enquête
Le « Monsieur sécurité » du groupe LVMH écope de neuf mises en examen
Atteinte à la vie privée, trafic d’influence, violation du secret professionnel... : l’actuel directeur de la protection des actifs et des personnes de la multinationale, Laurent Marcadier, est mis en cause par la justice dans l’affaire Squarcini. Il dément « catégoriquement » tous les faits.
par Fabrice Arfi
Dossier. L’affaire Tapie
Affaire Tapie : radiographie d’une escroquerie au cœur de l’État
Mediapart publie l’intégralité de l'arrêt de la cour d’appel de Paris qui décrypte la mécanique de l’escroquerie ayant permis à Bernard Tapie d’empocher frauduleusement 403 millions d’euros. Les magistrats résument le scandale d’une formule choc : « Les intérêts de M. Tapie étaient pris en considération au plus haut niveau de l’État. »
par Laurent Mauduit

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
Grand entretien
par Fabien Escalona et Romaric Godin
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik