Les investissements étrangers baissent en France ! Et alors ?

Par

C'est le chiffre que l'on agite pour se faire peur : en 2013, la France a vu fondre de 77 % les investissements réalisés depuis l'étranger sur son territoire. Mais cette donnée est peu pertinente pour évaluer l'attractivité de la France. Et elle est même biaisée par l'activité des filiales des entreprises hexagonales.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La situation est grave mais pas aussi désespérée qu’annoncé par les Cassandres de tout poil. En déployant, avec mille délicates attentions, ses arguments pour « vendre » la France aux investisseurs étrangers reçus ce lundi à l’Élysée, François Hollande a certes fait face à de réelles inquiétudes sur la capacité de la France à séduire les grands décideurs internationaux. À la fin de l’année dernière, 50 patrons des filiales hexagonales de multinationales étrangères avaient par exemple tiré la sonnette d’alarme dans ce domaine. En revanche, l’Élysée joue sur du velours lorsqu’il renvoie dans les cordes tous ceux qui s’appuient sur les récents chiffres des investissements directs étrangers (IDE) pour crier à la catastrophe. Car ce thermomètre est très sérieusement biaisé.