Le débat sur l'austérité en Europe gelé à l'approche des élections allemandes

Par

Le gouvernement français présente en conseil des ministres un « programme de stabilité » des finances du pays, pour envoyer des gages de sérieux budgétaire à la commission. L'opération intervient alors que le débat sur l'austérité est étouffé à Bruxelles avant les élections allemandes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Des ministres de premier rang avaient déjà plaidé, en début d'année, pour un assouplissement. Mais l'annonce du Néerlandais Mark Rutte, samedi, en a tout de même surpris plus d'un : ce conservateur a choisi d'adoucir la potion d'austérité qu'il administre au pays. L'exécutif a fait une croix sur cinq milliards d'euros d'économies, sous la pression des partenaires sociaux. Les Pays-Bas, pourtant un fidèle allié de l'austère Allemagne, renoncent ainsi aux objectifs de réduction du déficit qu'ils s'étaient engagés à tenir auprès de Bruxelles, pour l'an prochain.